Elodie Dugué-Lafay Naturopathe Psychologue

à Roquebillière et à domicile

La notion de terrain en naturopathie

4 Commentaires

Si le médecin utilise le diagnostic, le naturopathe, lui, base ses conseils sur le terrain de la personne qu’il reçoit.

Mais qu’est-ce que le terrain ?

Le terrain, c’est en gros les tendances de chacun en matière de santé. Si une personne aura tendance à faire des allergies, une autre aura tendance à avoir des problèmes articulaires, une autre à déprimer, une personne aura tendance à avoir de la diarrhée, une autre à être constipée,…

Le terrain c’est ce qui oriente ces tendances. Sur un tel terrain poussera certaines fleurs et sur un autre d’autres fleurs. Notre état « de fond » oriente notre état « de surface » (notre forme, l’état de notre peau, etc.).

En réalité, cette notion nous vient surtout de l’homéopathie. Cette dernière définit le terrain comme « des particularités, héréditaires ou acquises, qui assurent l’identité d’un individu à un moment donné » (Larousse).

Pour déterminer le terrain de la personne, et donc vers quels problèmes elle peut aller, mais aussi quelles sont ses forces, on prend en compte différents éléments : la constitution, le tempérament et la diathèse.

La constitution

La constitution est innée et déterminée par la souplesse et l’ossature. La naturopathie (d’après Pierre-Valentin Marchesseau) classe les personnes selon deux constitutions :

  • sanguino-pléthorique : sujet bréviligne, avec une masse osseuse importante et une tendance à la dilatation
  • neuro-arthritique : sujet longiligne, avec une ossature moins développée et une tendance à la rétraction

La constitution donne de premières orientations. Laurel, neuro-arthritique, sera plus facilement déminéralisé par exemple. Hardy, sanguino-pléthorique, souffrira plus facilement de problèmes de poids.

L’homéopathe classe lui en trois constitutions :

  • carbonique : correspond plus ou moins au sanguino-pléthorique, avec une hypolaxité ligamentaire
  • phosphorique : correspond plus ou moins au neuro-arthritique, avec une laxité moyenne
  • fluorique : serait plutôt classé neuro-arthritique, avec une hyperlaxité et une tendance à l’asymétrie osseuse

La constitution reste la même à vie.

Le tempérament

Le tempérament s’acquière dès la vie intra utérine mais  varie ensuite selon les expériences de la vie. Il dépend du physique mais aussi de la personnalité.

Hippocrate en déterminait 4 :

  • lymphatique : élément eau (paisible et calme comme une étendue d’eau), système digestif le plus utilisé, nature froide et humide
  • nerveux : élément terre (renfermé et lourd comme la terre), système nerveux le plus utilisé, nature froide et sèche
  • bilieux : élément feu (vif et actif comme le feu), système ostéo-musculaire le plus utilisé, nature chaude et sèche
  • sanguin (élément air (mobile et libre comme l’air), système cardiopulmonaire le plus utilisé, nature chaude et humide

Rares sont les personnes 100% dans tel ou tel tempérament (nous sommes par exemple 70% l’un, 20% un autre et 10% un 3e).

Le naturopathe (toujours selon Pierre-Valentin Marchesseau) donne 7 tempéraments, partant de l’équilibré musculaire puis allant soit vers la dilatation pour devenir sanguin, digestif, ou obèse, soit vers la rétraction pour devenir respiratoire, cérébrale, ou nerveux.

Là encore le tempérament oriente les tendances. Hardy, lymphatique/digestif, aura par exemple plus facilement des problèmes cardio-vasculaires (car il est « bon mangeur » et « bon buveur »). Laurel, nerveux, souffrira plus facilement d’insomnies.

Le tempérament évolue sur plusieurs années.

La diathèse

La diathèse est notre état à un instant t. Elle correspond à notre capital énergétique.

La naturopathie classe en 3 diathèses :

  • sous-vital : a peu de réserve énergétique
  • normovital : a une réserve énergétique moyenne
  • survital : a une grande réserve énergétique

On ne parle pas ici de l’énergie physique mais quantique, celle appelée Chi en Médecine Traditionnelle Chinoise ou Prâna en Ayurvéda. Plus notre potentiel énergétique est bon et plus on fait facilement face à la maladie.

Le médecin Jacques Ménétrier déterminait quant à lui 4 diathèses :

  • diathèse 1 hypersthénique allergique avec une tendance aux allergies
  • diathèse 2 hyposthénique infectieuse avec une tendance aux infections
  • diathèse 3 dystonique avec une tendance à l’anxiété et à la dépression
  • diathèse 4 anergique avec une grande fatigue

A chacune de ces diathèses correspond un remède en oligothérapie. On peut déterminer la diathèse de la personne grâce à l’iridologie. Imaginons que Laurel est en diathèse 3, il souffrira d’anxiété en plus d’insomnies. Par contre, comme il est survital, il guérit très vite à chaque fois qu’il tombe malade. Imaginons Hardy en diathèse 2 et sous-vital, il tombe toujours malade et il a à chaque fois du mal à s’en remettre.

L’homéopathie a aussi sa propre classification diathésique.

La diathèse peut évoluer très vite, en quelques mois, semaines, voir quelques jours.

 

L’état de notre terrain dépend donc de facteurs innés, mais aussi acquis. Il est ainsi modulé par notre comportement. Les plantes poussent selon la façon dont on s’occupe du terrain. Elles ont besoin d’une bonne terre, d’être bien arrosées, etc. Il faut également prendre soin de notre terrain : manger sainement, boire de la bonne eau, faire de l’exercice, se reposer,… Laurel a pris l’habitude de faire de la méditation, a arrêté le café, fait des sieste, etc. pour gérer son anxiété et ses insomnies. Il consomme des algues pour leurs minéraux. Hardy s’est mis au sport et consomme des oméga 3. Il fait des cures de vitamine D et de zinc pour son immunité.

C’est le travail du naturopathe de vous aider à prendre ces bonnes habitudes. Il vous permettra de trouver ce qui, chez vous, permettra de faire pousser les belles fleurs : avoir une belle peau, une excellente forme, aucun symptômes (ou la capacité d’y faire rapidement face), une bonne immunité,… Concernant celle-ci, le médecin et chimiste Antoine Béchamp, ou le médecin et physiologiste Claude Bernard, aurait d’ailleurs dit que « le microbe n’est rien, le terrain est tout », expliquant par là que peu importe les microbes qui nous attaquent, le corps sait y répondre si on prend soin de lui, et que la meilleure stratégie pour éviter la maladie est de prendre soin de soi et de son immunité. Pasteur aurait même dit avant de mourir que Béchamp (ou Bernard) avait raison et que lui-même avait tort…

Le naturopathe aide la personne à se responsabiliser face à ses problèmes. Elle n’attrape pas une maladie, son corps la crée. Elle n’a pas à culpabiliser. Au contraire ! Cela signifie qu’elle a en elle la capacité de guérir. Ainsi…

… Prenons soin de notre terrain !

 

Auteur : Elodie Naturopathe Psychologue

Psychologue clinicienne depuis octobre 2011 et naturopathe depuis janvier 2020, je propose mes services à Roquebillière où je vis, ainsi qu’à domicile dans la Vésubie et à Nice et ses environs. Mon approche alliant naturopathie et psychologie permet d’aider chacun dans sa globalité, en prenant en compte à la fois le corps et le mental. Parce que les deux sont indissociables et que le bien-être total ne peut que passer par un équilibre du corps physique, émotionnel et spirituel.